03 mars 2013

[Challenge de l'atelier d'écriture créative de Parisian Shoegals]

Rendez-vous sur Hellocoton !

Depuis quelques jours, à grâce à Caroline du blog Parisian ShoeGals. je meurs d'envie de retourner à mes premiers amours : l'écriture. Ce n'est qu'aujourd'hui, à même pas 4 heures de la clôture du challenge que je me décide enfin de participer. Il faut dire que je n'ai pas eu une minute à moi cette semaine, la grippe ayant frappé tous les membres de notre famille !

Le but de ce challenge est de créer un texte sans utiliser les verbes avoir et être, sauf conjugués en tant qu'auxiliaire. La deuxième difficulté est d'intégrer 10 mots imposés, ceux que vous retrouverez en gras et soulignés dans mon texte. Ce texte doit également s'inspirer de la photo ci-dessous.

 

image

Attention, ce texte est purement fictif, toute ressemblance avec des personnages réels est totalement fortuite !

------------

Me voici devant mes fourneaux, les méninges en ébullition : que vais-je préparer à manger pour mes beaux-parents ? Ils arrivent demain de Provence et je me dois de les honorer d’un excellent repas. Nul doute qu’après les quelques sept-cent kilomètres qu'ils auront parcouru, ils se contenteront volontiers de lasagnes à la viande de cheval, mais de par mon éducation, je ne leur ferais pas cet affront !

Après un bref coup d’œil dans les entrailles de mon réfrigérateur, je dresse mentalement une liste des bons petits plats que je pourrais décemment leur cuisiner : boeuf bourguignon, blanquette de veau, poêlée champêtre, tartiflette... Décidément, l’inspiration ne me manque pas, mais rien ne me satisfait vraiment. Avec ma belle-mère, mieux vaut connaître ses classiques ! Elle sait manier la cuiller en bois comme personne et ne manque pas de le faire valoir. Si demain je commets un faux-pas culinaire, on entendra encore parler de ma pissaladière aux "olives vertes" que j'avais concocté lors du dernier pique-nique familial ! Cette fois-ci, je me suis armée jusqu'aux dents, j’ai tout prévu ! Le garde-manger foisonne d'une tonne de provisions à faire pâlir la supérette du coin, avec en prime, un stock d’olives noires au cas où la pissaladière s'invitait au menu cette semaine !

De toute façon, je ne me berce pas d’illusion, même si je cuisinais la meilleure piperade du monde, je ne deviendrai jamais à ses yeux le parangon du cordon bleu.

Un brin désespérée, je regarde par la fenêtre pour retrouver un peu d’inspiration. Pas de nébulosité à l’horizon, ça présage déjà bons auspices. Le ciel exhibe un bleu céruléen.  Au moins, on se passera d’aménité dans les discussions : pas d’allusion au mauvais temps du « Nord » et aux autres sornettes concernant notre ciel toujours gris. Il faut savoir que pour les habitants du Sud de la France, la Vendée se situe dans le Nord. On peut toujours leur répéter que nous habitons à l'Ouest, dans l’un des départements les plus ensoleillés, que les panneaux solaires y poussent comme des champignons, mais rien à faire, les idées reçues résistent à tous nos arguments ! Et alors, rétorquera beau-papa, à quoi sert le soleil s'il ne peut même pas embaumer les champs de lavandes  ?

A cette pensée, mon esprit divague dans un magnifique tableau provençal. Le soleil de printemps caresse divinement les étendues violettes qui ondulent doucement. Un chemin escarpé menant au village le plus proche me susurre de m’y aventurer. Mon regard flâne, je me languis. Au loin, les neiges éternelles ne fondront pas, tout comme mon incommensurable manque de confiance en moi…

Je lutte un instant contre ce sentiment étrange d'imperfection quand une voix stridente m’extirpe de ma torpeur : mon bébé crie famine. Lui au moins, je sais de quoi il se régalera au déjeuner, du bon lait de sa maman ! Je m'installe confortablement dans mon canapé et lui donne la tétée. La petite bouille de mon korrigan aux yeux plissés me plongent dans une plénitude totale.  La peur de déplaire s'estompe peu à peu et fait place à une femme sereine et sûre d'elle. Je puise mon inspiration dans le regard de mon angelot : et si je brouillais les repères gustatifs de mes beaux-parents pour mieux les étonner ? Cuisiner exotique, en voilà une bonne idée ! Pour sûr, demain je leur mitonnerai un wok de psé-taï au poulet, parfumé à la coriandre.

Maintenant que j’ai trouvé mon idée de repas, je dois apprêter mon intérieur. Après inspection de mon salon d’une gabegie sans nom, je sens une énergie nouvelle m'envahir. Le monticule de jouets des enfants qui jonchent mon grand kilim  ne m'effraient plus. Allez ! Un peu de rangement ne va pas me décourager ! Et puis, le plus difficile reste encore à venir : annoncer la grande nouvelle à toute la famille, entre la poire et le fromage. Mais pour une fois, je prendrai mon joker et passerai la main à mon cher et tendre, ni vu ni connu, entre la couche et la tétée !

 

------

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Posté par geckomoon à 19:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur [Challenge de l'atelier d'écriture créative de Parisian Shoegals]

Nouveau commentaire
<